[#Portrait] 4 questions à Thierry Friquet, Responsable Maîtrise chez Richelmi, la filiale monégasque de Bouygues Bâtiment Sud-Est

11/06/2021

Thierry Friquet, 49 ans, est Responsable Maîtrise et passionné par son métier. Il revient sur son parcours riche de challenges et nous raconte son quotidien sur le chantier du Grand Ida à Monaco.

1/ Quel est ton parcours au sein du Groupe ?

J’ai découvert le groupe Bouygues il y a 30 ans en tant que stagiaire dans le cadre de mes études ! J’ai été embauché comme Compagnon en 1994, puis j’ai gravi les échelons au sein des filiales Habitat de Bouygues Bâtiment Ile-de-France pour évoluer vers le métier de Responsable Maîtrise. C’est en 2009 que j’ai dirigé mon premier chantier en gros œuvre à Ivry-sur-Seine (94), en région parisienne !

2/ En quoi consiste ton métier actuel de Responsable Maîtrise ?

C’est un métier passionnant, car chaque chantier est différent, un peu comme un prototype sur lequel on doit adapter les modes constructifs et opératoires en fonction du type de construction et de l’environnement. Concrètement, le Responsable Maîtrise joue le rôle d’un chef d’orchestre qui coordonne la réalisation des ouvrages en parfaite sécurité et en respectant le planning et les budgets. C’est aussi un métier dans lequel le travail d’équipe entre l’ensemble des acteurs (client, architecte, encadrement, maîtrise, compagnons, sous-traitants) est primordial pour la réussite du chantier.

3/ Parle nous de ton quotidien sur le chantier du Grand Ida à Monaco.

Cette année, j’ai eu l’opportunité de rejoindre Richelmi, la filiale monégasque de Bouygues Bâtiment Sud-Est, en tant que Responsable Maîtrise sur le chantier du Grand Ida à Monaco. C’est un grand projet de construction de 209 logements répartis au sein de 3 bâtiments de 8 et 12 étages, et posés sur un socle de 4 niveaux rassemblant des commerces, du tertiaire, une crèche et un foyer de vie pour personnes à mobilité réduite. En infrastructure, nous réalisons également en Top & Down un parking de 356 places sur 4 niveaux de sous-sol. Au-delà du challenge technique, c’est aussi un projet qui réunit des collaborateurs venant de nombreuses filiales françaises et internationales du Groupe. Cette diversité est très enrichissante, car elle nous permet de partager et de mettre à profit nos expériences.

4/ Quels sont tes sujets prioritaires actuellement ?

Le challenge pour moi est de constituer mon équipe de Compagnons et de mettre en place les démarches collaboratives essentielles à la cohésion et au partage entre tous les intervenants du chantier (briefing matinal, 1/4 d’heure sécurité, échauffements musculaires…), comme j’ai pu le faire jusqu’à présent sur mes chantiers parisiens ! Nous recherchons d’ailleurs activement des Coffreurs Bancheurs supplémentaires au fur et à mesure de l’avancée du projet du Grand Ida, ainsi que des Ingénieurs Gros Œuvre… avis aux intéressés ! C’est l’occasion d’exercer son métier dans un environnement prestigieux avec, en prime, le soleil et une belle qualité de vie.